Gala des femmes







 

Quand arts visuels et écriture ne font qu’un

De gauche à droite, on reconnaît quatre des artistes ayant pris part au projet, soit Lucille Béland, Mathieu Paquette, Nancy Bélisle et Colette Vadnais, en compagnie de Serge Boudreau, président du conseil d’administration du Symposium des arts...

Un recueil de poésie a récemment vu le jour à la suite d’une collaboration survenue entre la Société Saint-Jean-Baptiste du Centre-du-Québec (SSJBCQ), le cégep de Drummondville et certains artistes de la région. Des élèves de différents cégeps ont ainsi eu l’occasion de créer des poèmes inspirés d’autant d’œuvres d’artistes de la région. Sujets : Société Saint-Jean-Baptiste , Fondation Raymond-Beaudet , Promenades Drummondville , Saint-Hyacinthe , Trois-Rivières Depuis plusieurs années, le cégep de Drummondville est l’hôte au mois de mars du Marathon d’écriture intercollégial, un événement qui regroupe des étudiants des cégeps de Drummondville, Saint-Hyacinthe, Granby Haute-Yamaska, Trois-Rivières et Shawinigan. Pas moins de 24 heures de créativité et d’écriture sont demandées aux étudiants lors de la tenue de cet événement.

«En 2010, une des activités du marathon d’écriture consistait à rédiger un poème en s’inspirant d’une peinture. Plusieurs artistes drummondvillois et des environs ont bien voulu participer au projet en envoyant une copie de leur œuvre et je tiens à remercier personnellement : Fernand Roger, Nancy Bélisle, Mathieu Paquette, Lucille Béland, Colette Vadnais, Ginette Laplante, Denise Hébert, Valérie Lortie, Johanne Lafond, Sylvie Chapdelaine», dit Karine Bélanger, instigatrice du projet au cégep de Drummondville.

De son côté, Bertrand Allard, président de la SSJBCQ, se dit très heureux de la réalisation de ce projet où s’unissent les mots et les images, inspiration vouée à la créativité qui fait vibrer nos artistes.

Pour le président du conseil d’administration du Symposium l’Union-Vie, Serge Boudreau, il est important et novateur d'intégrer différents volets spéciaux à l'intérieur du symposium et de développer différents projets culturels en complicité avec les partenaires et les artistes régionaux. Cette synergie permet à l’événement annuel de se renouveler davantage afin de cultiver l'esprit de créativité et d'interactivité avec le milieu et devenir ainsi plus qu'un événement ponctuel.

«Le recueil est de grande qualité et permet de mettre sur papier les émotions ressenties à l’observation des œuvres d’art, a fait valoir M. Boudreau. Voilà un autre exemple du dynamisme du Symposium qui n’a pas hésité à donner la parole à des jeunes et à mettre en valeur avec originalité le talent de nos artistes.»


EXPÉRIENCE PARTICULIÈRE

Pour les artistes en arts visuels, le fait de voir leur œuvre interprétée de la sorte par des cégépiens n’est pas banal.

Originaire de Thetford Mines, mais demeurant à Drummondville depuis environ cinq ans, le peintre Mathieu Paquette a été ravi de vivre cette expérience.

«C’est assez particulier, a indiqué celui qui a soumis un portait, celui de l’auteure-compositrice-interprète et comédienne Marie-Jo Thério. C’est très intéressant de découvrir ce que les élèves ont écrit en s’inspirant de nos créations.»

Il est possible de se procurer le recueil, au coût de 3 $, au bureau de la Société Saint-Jean-Baptiste. Celui-ci sera aussi en vente durant le Symposium des arts l’Union-Vie, qui se déroulera du 18 au 20 mars, aux Promenades Drummondville.

À noter que les profits seront versés à la Fondation Raymond-Beaudet, qui permet de soutenir l’acquisition de livres destinés aux bibliothèques scolaires.

VOIR FICHIER PDF DE L'ÉVÉNEMENT


Retour vers la page d'accueil